La plantation d’arbres au Kenya : une belle initiative qui mérite d’être saluée

CIFOR/Patrick Shepherd
Landscape News Editor
Landscape News Editor
14 août 2018

This post is also available in: Anglais

Une forêt au Kenya. CIFOR/Patrick Sheperd

 

BONN, Allemagne (Landscape News) — Objectif : accroître la couverture forestière du Kenya qui est actuellement de 7 % pour atteindre les 10 % recommandéspar le PNUE.

Moyens : le Green Initiative Challenge, ou GIC, programme sur 10 ans qui vise à faire participer 1 000 écoles pour végétaliser 196 hectares au total grâce à 324 300 jeunes plants d’arbres et à 113 956 jeunes plants d’arbres fruitiers.

En 2012, la Kenya Electricity Generating Company, qui produit environ 80 % de l’électricité du pays, a mis en place la KenGen Foundationen vue d’investir dans des programmes à long terme dédiés à la protection durable de l’environnement et de promouvoir une culture de plantation d’arbres au sein de l’entreprise.

C’est en partenariat avec Better Globe Forestryet Bamburi CementLtd. (qui est connue pour sa réhabilitation d’anciennes carrières de calcaire près de Mombasa pour créer Haller Park, une merveille écologique) que la KenGen Foundation a lancé le GIC en 2013.

Ce programme cible des écoles situées à proximité des centrales électriques de Seven Forks dans les comtés d’Embu, de Kitui et de Machakos dans le Centre Sud du Kenya où les communautés vivant près des centrales sont vulnérables, car ce sont les plus touchées par leurs impacts socioéconomiques et environnementaux.

Le projet implique les élèves des écoles primaires et vise à diffuser une culture du reboisement et de la conservation des ressources naturelles. Les élèves sont récompensés pour la culture de petites parcelles boisées et de forêts autour de leur école dans le cadre des actions de conservation de la région ; ils peuvent aussi utiliser le bois pour les besoins familiaux ou le vendre à titre personnel. Le projet s’intéresse particulièrement aux élèves des écoles primaires afin de susciter une attitude et un comportement écologiques dès le plus jeune âge.

Chacune des 400 écoles participantes reçoit 150 arbres à vocation économique et 50 arbres pour le bois de chauffage. La récompense dépend principalement du taux de survie des jeunes plants, notamment des Terminalia brownie, Senna siameaet Melia volkensii. Il faut donc que l’initiative soit bien accueillie et recueille le maximum de soutien de la part des parents, des élèves, des enseignants, de l’équipe de direction et des autres parties concernées. Les meilleures écoles bénéficient entre autres de bourses, d’aménagements d’infrastructures, de réservoirs d’eau et de récompenses financières.

Le projet contribue aussi à la réduction des gaz à effet de serre grâce à la séquestration du carbone et permet de lutter contre l’érosion du sol en augmentant l’infiltration des couches superficielles et en diminuant le ruissellement.

L’eau, bien sûr, est essentielle à la réussite du projet et à la santé de la population locale. C’est ainsi que, depuis 2005, la fourniture d’eau potable aux communautés voisines de ses centrales électriques a fait l’objet de l’un des principaux programmes d’investissement de KenGen dans le cadre de la RSE.

Parmi ses projets sur l’eau, on remarque :

Sondu Miriu : Ce projet inclut une usine de traitement de l’eau, des puits et des fontaines qui alimentent 50 000 personnes.

Kivaa-Kaewa : Ce projet comporte un réseau de distribution d’eau (conduites, tuyauterie), des réservoirs d’eau et des fontaines qui desservent 15 000 habitants.

Susan Maingi, Directrice du développement durable chez Bamburi Cement, déclare que le GIC est source d’inspiration pour la jeunesse du Kenya.

« Il leur permet d’apprendre par l’engagement, en trouvant des solutions et en les mettant en œuvre pour faire bouger leur société,” affirme-t-elle. « Il contribue aussi au programme de revitalisation de la couverture forestière de la nation et, par conséquent, appuie non seulement les objectifs nationaux, mais encourage aussi à s’engager pour lutter contre les effets du changement climatique dans les régions arides et semi-arides du Kenya. »

KEYWORD(S):
TRENDING